Visual Arts

Providence

Guillaume Adjutor Provost

We discovered Others in the city

Through the language of photography, video, performance art, and archives, Guillaume Adjutor-Provost offers an elliptical story about uncertainty, but also about the subject of hope, including desires, aspirations, and needs. Providence occupied the spaces of the Association des travailleurs grecs du Québec, and reflects on issues of social inequalities by highlighting the importance of associations as agents of change.

Story

WE MEET

By Rachel Morse

Providence by Guillaume Adjutor Provost is the first POSSIBLE from which everything begins. Providence takes place in the vast understated spaces of the Association des travailleurs grecs de Montréal. Amid the pioneers and trailblazers brought together by circumstance on this cold evening, curious spectators and members of the artistic community gather, new artistic partners greet each other and young artists smile broadly. They arrived late. They searched for the venue until they found the façade on Park Avenue with its large windows, a meeting place for union workers now transformed for the night into a temporary gallery. As we walk through the door the artist is there to greet us and offers us a cup of coffee, setting the tone for an honest, authentic evening.

We first notice the photographs displayed on grey cardboard throughout the space: a selection of Hellenic archives presenting various anecdotal situations, the details of which evade us. In the centre of the room a towering screen showcases various disparate images and landscapes from our daily lives.

At the foot of the screen are two women in sweatpants and sweatshirts. Over a hundred small menial objects are scattered across the space on pedestals – cigarettes, clementine oranges, small statues, gum, a garbage bag… Objects which, combined with the presence of these two women, the video installations and the archives of the workers' association, create a complex and rather unsettling whole.

After about twenty minutes observing the slow gestures of the two women, an aside from a couple in the audience (passing through quickly, desperate for entertainment) is heard. “We don’t understand any of this, we’re leaving.”They are the exception. The vast majority remain and attempt to overcome the heavy silence by reaching out to each other. From whispers to laughs, the artwork reaches its climax by weaving itself into the surrounding discussions. The performers finally speak, reciting in a deliberately dreary voice the heartbreaking words of exhausted homeless women. It then dawns on us that these objects represent the precariousness and fragility of their lives.

Through its hybrid nature and chameleon-like integration (we can distinguish its contours, but the heart of it is tied to its location), this work by Guillaume Adjutor Provost touches on the very core of POSSIBLES: the notion of the encounter. Encounters with the artwork and with people from the art scene; encounters with the Greek community and its building, so subdued it has become transparent. Regardless of our propensity for describing ourselves as open and inclusive, one of our more pressing encounters is with ourselves, as the work encourages us to acknowledge and challenge the privileges which we so often fail to call into question.

Toward the end of the evening a family enters through the back door behind the screen, surprised by the dense crowd of unknown faces in this space that is theirs. As for us, we leave through the front door, our spirits enlivened. Guillaume Adjutor Provost has successfully shaken our convictions, provoking a long and necessary reflection.

Utopia

I want what is beautiful and magnificent / In  both the visible and the invisible / I want access to everything and nothing

The speaker is a homeless woman in Montreal. Homeless women are among the most fragile, prey among stronger prey. Many of them are raped several times a year. The street is full of danger. The night is full of danger.

In the starkness of their lives, living in the anonymity of a hostel, these homeless women have agreed to take part in a writing experiment run by Sarah Chouinard-Poirier, who is a performer and a psychosocial counsellor with La rue des Femmes.

The challenge was to write something starting with the phrase "I want." What do I want? 

I want everything to be allowed / I want everything to be free / And enough for everybody / I want things I can't name / Impossible colours / I want my own language, my own timetable, my history

During the very first POSSIBLE entitled "Providence", which focused on social inequalities, Sarah read their very moving texts, reflecting their huge need to be rooted – but read in a monotone. She did not wish to incarnate but rather to simply convey their words, their needs, their desires. 

My heart is chaos, it's a desert / All I want is change / I want to forget all the stupid things I've done / I want to give myself a chance

Sarah asks, "What does living in the city mean if you have nothing meaningful to do?" And when asked what she wants as a facilitator and citizen and what she expects from the newly elected (November 2017) Montreal city council, she replies, "I want them to listen. The prevailing vision is social integration by any means. What must be understood is that some individuals cannot reintegrate into society, but deserve to live in dignity and in respect for their basic needs. What we aim for at La rue des Femmes is "relational health", establishing solid links and connections, reconnecting with oneself and with others. Homelessness is characterized by breaking the connection with oneself."

She notes that the homeless women embrace the small items they receive at the hostel (toothbrushes, toothpaste, soap, shampoo, a pack of tissues, slippers). They write their names on them, cut out logos, etc. They want to be part of the city.

WE WANT

We want the right to be vulnerable, to be motionless, the right to be unproductive. We believe the city should make room for those who cannot work because the pain and suffering of life hurt too much.

We want women, even in the damp shadows of back alleys, even in the dead of night, to be safe. We want them – their stories, their words, their scars and open wounds – to be in a safe place.

We want to redefine with them the contours of the city. We dream of a city not built, redesigned and re-determined only by winners, those who rush around and are so busy, but also by the slow, the hesitant, the penniless.

We want. They want. I want.

I want rain / I want a Sunday / I want oranges (...) / I want butter and cream / I want to hold you / Hug and kiss you / Look you in the eyes

We are Montreal.
We want the future, right now.

Traces

Providence and Social Inequality

Check out pictures of the first POSSIBLE installation:

Sarah Chouinard-Poirier and Angie Chang recited a text (in french) during the event :

Providence  

Je veux réavoir la confiance de mon fils
Je veux revivre avec mon fils
Je veux réavoir mes parents
Je veux revivre en famille
Je veux avoir ma sané
Je veux plus consommer
Je veux vivre ma vie d’avant
Je avoir l’argent que j’avais avant
Je veux réavoir ma maison
Je veux réavoir mon magasin
Je veux revivre

-

Je veux mes enfants
Je veux ma vieille vie
Je veux mon homme
Je veux changer toute
Je veux un appartement
-

Moi comme un cerf-volant qui vole au-dessus de la terre humaine. Je peux aller où je veux et à la hauteur que je veux. En rencontrant d’autres espèces du même vol dans la paix au travers les rayons du soleil sans vouloir m’arrêter.
-
Je veux un livre à colorier
Je veux un père noël
Je veux un avion
Je veux un bonhomme de neige
Je veux un minou ou pitou
Je veux du linge chaud
-
Je veux une vie simple, ma vie c’est un casse-tête, je sais jamais quand je vais commencer ou finir.
Je sais que je suis pas parfaite mais je sais que j’avance sans avoir un but dans la vie.
Je veux des choses simples.
Depuis que j’ai plus mon petit ange auprès de moi, ma vie n’a plus de sens, j’ai tellement de rage dans mon cœur. Il a des jours que j’ai plus de sens de vivre mais je sais que c’est elle qui me fait revivre sans faire de connerie. Je l’aime et je l’aimerai pour la vie. Je ne peux plus vivre ainsi. C’est le chaos, mon cœur est le désert. J’avance sans aucun but. Je veux être avec elle. À tous les jours qu’elle n’est plus là, j’aimerais ça partir au loin. Pour la voir. Pourquoi la vie est injuste pour le monde qui veut juste du changement pis ça marche pas c’est pour ça que j’ai plus de but dans vie.
-
Je veux que l’amour transparaisse entre tout être humain.
Je veux que la paix règne pour de bon.
Je veux que l’argent disparaisse de la surface de la terre.
Je veux chanter mes émotions à pleins poumons.
Je veux qu’il n’y ait plus de vice aucun.
Je veux serrer ma fille dans mes bras de nouveau et lui dire que je l’aime de tout mon coeur.
Je veux que nous puissions vivre comme une famille, sans religion ni racisme.
Je veux que la vie soit plus facile à vivre.
Je veux que la terre devienne un oasis de paix, de liberté sans frontières, comme un grand parc d’amusement pour tous les anges qui ont tant souffert.
Je veux la santé pour tous, une planète non polluée, qu’il n’y ait plus de problèmes insurmontables ni de lois stupides.
-
Je veux des sourires, des rires et des fous rires.
Je veux croire aux rêves les plus fous.
Je veux voyager en orbite et voir la terre d’en Haut.
Je veux voir la beauté dans toutes les formes de vies.
Je veux rêver d’un autre monde.
Je veux du partage.
Je veux (toucher) la richesse des coeurs.
Je veux comprendre l’incompréhensible.
Je veux.
-
Demander au Petit Prince une question personnelle et sembler se voir plus fâchée que jamais dans la réflexion de la lune
-
Je veux repartir à 0 pour pouvoir revoir l’arc-en-ciel et retrouver mes vrais amis sur Terre
Je veux Maman et comme toujours avoir la paix de mes oreilles.
Je veux repartir à zéro pour pouvoir revoir l’arc-en-ciel que ma mère répandait et qui s'empreignait sur moi-même et en retrouvant mes vrais amis.
Je veux comme avant retrouver la paix de mes ennemies (que jamais de ma vie I had).
Je ne suis pas une Skorski mais une Saint-Georges

Je veux pour vous un cœur multicolore car vous êtes une œuvre d’art pour cet endroit.
Je veux pour vous la tranquillité et le silence des murs
Je veux le plus beau grand ruban de paix
Je veux le plus beau grand ruban de soie
Je veux vous continuiez à faire danser (tous) nos coeurs.
-
Je veux le focus et la méditation
Je veux le silence et les sons
Je veux écouter les pommes et les fleurs
Je veux la transformation et l’expérience
Je veux les bruits et les gens
Je veux ma mère et mon bébé
Je veux l’homme et la femme
Je veux le rire et les pleurs
Je veux la vie et la mort. (à la fois)
Je veux le voyage et ma maison.
-
Je veux une vie simple et sans tracas…
Je veux me sentir aimée comme je suis…
Je veux être bien dans mon corps…
Je veux un escalier pour visiter le ciel…
Je veux être parmi les Étoiles pour être proche des gens qui m’ont quittée.
Je veux une maison remplie des gens que j’aime
Je veux vire les plus belles choses qui me font sourire!
Je veux le bonheur pour tous!
-
Je veux la terre entière
Je veux une nouvelle vie
Je veux toute la beauté.
Je veux que tout soit nature.
Je veux un nouvel amour.
Je veux l’univers.
Je veux ce qui importe.
Je veux la couleur
Je veux revivre à nouveau
Je veux découvrir.
Je veux voir l’avenir.
Je veux croire.
Je veux vivre et revivre.
(Micha Moore.)
-
Je veux un amour nouveau
Je veux une île paradisiaque 
Avec l’océan et beaucoup de palmiers.
Je veux du renouveau pour la nouvelle année!
Je veux de l’argent pour payer mes dettes.
Vivre le moment présent avec enthousiasme.
Je veux du nouveau dans l’harmonie et la joie!
Je veux une nouvel Amour comme je n’ai jamais connu avec le respect de chacun.
Je veux voyager aller voir le Monde, la Mer, les palmiers!
Je veux découvrir le monde!
Je veux avoir plus de connaissance à propos de la vie!
Je veux plus de connaissances à propos de l’univers!
Je veux être heureuse et épanouie!
-
Someone sitting by a fire wondering or maybe thinking of Life a Better Life…
Mesmerized by the poet of wanting something new or a new way of life
Needing that Life I had when I was happiness….
But Life is a bitch and we all just go with it!!
-
Je veux gagner cette dernière bataille avant de m’en aller pour mon projet de mon voyage sans retour.
Je veux connaître l’amour en profusion. 
-
Je veux une vie heureuse et joyeuse.
Je veux échanger, partager dans le respect et la liberté d’être et l’égalité.
Je veux tout ce qu’il y a de plus beau dans ce paradis terrestre
Je veux chanter, danser, écouter, entendre et juste être conscientisé avec la vie et l’amour de soi.
Je veux ma famille mes enfant terrestres
Je veux l’harmonie 
Je veux la stabilité
Je veux un toit mon espace de vie ou il fait bon de vivre ou je vais me définir dans la joie et l’amour et le partage ainsi que l’abondance.
Je veux me réaliser et me respecter dans les biens terrestres que la vie m’offre a chaque jour que je respire 
Je veux justice équitable
Je veux me faire valoir
Je veux aimer et être aimée et appréciée.
Je veux mes retrouvailles avec ma vie et avec la vie.
Je veux peindre je veux
Décorer
Je veux un toit chaleureux et harmonieux paisible 
Je veux dessiner décorer peinturer colorier
Je veux me dire à chaque jour que je suis merveilleuse et resplendissante.
Je veux tout ce qu’il y a de plus beau et de magique et dans le visible et l’invisible
-
Je veux une vie plein de soleil
Je veux une place sur la plage
Je veux rendre des gens heureux
Je veux des cocotiers et des palmiers
Je veux le regard de la mer des Caraïbes comme horizon
Je veux nager, marcher.
Je veux améliorer ma santé.
Je veux ma crème glacée
Je veux déménager à la Jamaïque
-
Je veux renaître
Je veux de la stabilité
Je veux être avec ma famille
Je veux être avec ma petite fille
Je veux avoir des animaux
Je veux être bien
Je veux avoir mon chez moi à la campagne.
Je veux être
-
Je ne veux pas mourir.
Je veux tout le monde chéri. Et heureux. Je veux que la mort ne se plus comme elle est. Car je veux tout le monde en vie. Merci.
-
Le cœur la partie du corps la plus importante pour respirer la vie!
Je veux un cœur fort qui peut passer au delà de l’arc-en-ciel. Et peut s’éblouir au travers les rayons de soleil à la chaleur de l’été.
Je veux un cœur plein de joie qui fait rire les enfants, les entoure d’amour pour l’éternité.
Un cœur fort au travers les tempêtes et les vagues difficiles pour supporter les coeurs troublés de chagrin.
Que lui-même ait ses réponses sur un tapis dans un champs remplit de muguets parfumés. Merci d’être là tous les jours de ma vie.
-
Je veux vivre une vie digne d’être vécue
Vécue sans un trouble de personnalité limite
Je veux vivre heureuse
Avoir mon neveu d’amour
Être aimée pour ce que je suis
Ne plus jamais être dépendante
Être capable de me comprendre
Avoir ma propre famille
Travailler dans une place

Je veux continuer à vivre 
Je veux aider les autres
Je veux commencer une nouvelle vie
Être entourée par les gens que j’aime

Je veux vivre heureuse et être aimée par les gens que j’aime
-
Je veux aussi quelque chose de nouveau
Et le veux de plus en plus beau
Je veux oublier ce si lourd passé
Qui n’a pas cessé de me blesser
Je veux voir mon petit devenu grand
Être le bonheur et la fierté de ses parents
Je veux tous mes êtres chers soient près de moi pour tout refaire
Refaire le monde à ma manière
Sans blessures pour tous mes frères
Trouver la paix sur cette terre
Fermer la boucle de belle manière
Fermer les yeux et pouvoir imaginer
Que j’ai réussi à tout replacer
À recevoir et à donner
Cet amour de la vie inestimé
À tous mes descendants
-
I want music that lofts and brings strength to my sometimes broken soul.
Give me strenght to see my worth and let Kurt go…..
I want a love that defies all others and complete me as I do in return.
Tears that are of joy :) not loneliness.
I would like to be spiritually reborn and feel deeply yet resolutely and with an iron strength.
I want dad to talk to me.
I want my family to be happy and healthy.
Please love find me. I am here....
Waiting -
I’ve searched and hoped...

ID card

Guillaume Adjutor Provost

Guillaume Adjutor Provost

Guillaume Adjutor Provost holds a Doctorate in the study and practice of the arts from the Université du Québec à Montréal. His research focuses on the concept of curatorial art, namely the use of curatorial approaches as creative practice. Through an indeterminateness of forms, Guillaume Adjutor Provost’s production plumbs our unconscious expressions, the idea of usage and the construction of ideals. More specifically, he is interested in what lies on the periphery of history-making: counter-culture, personal archives, the vernacular and science-fiction. His past awards include grants from the Conseil des Arts et des lettres du Québec, the Canada Council for the Arts, the LOJIQ and the SODEC. Guillaume Adjutor Provost’s work has been presented in solo and group exhibitions in Canada, France, Germany, Austria, Belgium, and Switzerland. He has received the Jean-Claude Rochefort prize in contemporary art, as well as the Claudine and Stephen Bronfman Fellowship in Contemporary Art. Since the Fall of 2016, he has benefited from a studio at Darling Foundry, and was one of the finalists for the 2016 Pierre-Ayot prize.

guillaumeadjutorprovost.com

Share

Co-production and co-diffusion

Centre d’art et de diffusion CLARK
LA SERRE – arts vivants

Thanks

Association des travailleurs grecs du Québec

Credits for the piece

Creation Guillaume Adjutor Provost in collaboration with Sarah Chouinard-Poirier, Angie Chen and François Pisapia 

Video

Director and Editor Joël Morin-Ben Abdallah;
Caméra Isabelle Stachtchenko, Charlie Marois, Joël Morin-Ben Abdallah;
Sound Sophie Bédard Marcotte, Joël Morin-Ben Abdallah;
Filming was made possible thanks to the equipment provided by ON EST 10, solidarity co-op

Photos

Event Maxim Paré-Fortin
Portrait  Anne Bertrand

Follow the Alternate Routes

Use headphones