Nouveau
Studio

Nouveau Studio est un jeune bureau de design multidisciplinaire fondé en février 2015 par Simon Marcotte et Madly Fuss, tous deux détenteurs d’une formation en ébénisterie à l’École Nationale du Meuble et de l’Ébénisterie de Montréal et d’un baccalauréat en Design de l’Environnement à l’Université du Québec à Montréal. Nouveau Studio oeuvre dans la conception et la réalisation d’espace, de mobilier et d’objet, et articule son approche autour de la recherche entre savoir-faire artisanal, nouvelles technologies et réflexions sur la place et le rôle du design au quotidien. Nouveau Studio explore diverses échelles de la pratique du design dans le but de décloisonner les différentes spécialités du domaine et ainsi favoriser l’apport de solutions adaptées aux dimensions particulières d’un projet, lui-même ancré dans un contexte culturel et socio-économique spécifique.

nouveaustudio.ca

Retour sur POSSIBLES

NOUS SAVOURONS

par Emmanuelle Walter

Boîte nourricière : petite cuisine de plage translucide, recouverte d’une résille de lamelles blanches et jaunes qui palpitent au moindre souffle de vent.
Village au Pied-du-Courant : plage urbaine expérimentale au bord du fleuve, surplombée par le pont Jacques-Cartier, perchée au-dessus des trains de marchandise, où l’on entend les cris de terreur ravie venus des attractions de La Ronde, juste en face.
Blinis à la farine de grillon : dégustation locale au goût de noisette, annonciatrice de lendemains qui chantent.
Si Montréal disparaissait sous les eaux d’un tsunami, se brisait dans les secousses d’un tremblement de terre, nous nous réfugerions dans ce havre improbable, entre autoroute et voie ferrée, au-dessus du fleuve immense, où designers et écologistes réinventent chaque été une utopie minuscule et tenace. Et cette année, pour Possibles, les designers Madly Fuss et Simon Marcotte ont imaginé pour le Village une cuisine compacte, simplissime et économe, nommée « Entropie », qui semble vouloir s’envoler.
L’avenir est à l’épure, à la légereté. Il nous échoit de limiter autant que possible notre impact sur cette planète à bout de souffle. Alors, tandis que le crépuscule s’annonçait, ce 22 juin, nous avons accompli un joyeux parcours initiatique le long de la plage blonde, découvrant un potager entretenu par des jeunes en réinsertion (à nous les poivrons, fines herbes et courgettes en autocueillette), une mini-ferme de grillons baptisée Insecto (le grillon, source de protéines, nourrit sans générer de réchauffement climatique, à l’inverse de l’industrie mondiale de la viande), l’incroyable expérience aquaponique et circulaire de l’organisme Umiko (ou comment 1. Faire naître des insectes à partir de déchets organiques 2. Donner ses insectes à déguster à des poissons 3. Utiliser l’excrément des poissons pour fertiliser la terre dans laquelle 4. Poussent des légumes.) Récompense des récompenses : ces blinis à la truite et à la farine de grillon, servis à la fenêtre de la Boîte nourricière/Entropie par le chef cuisinier Frédéric Bourgault. Savoureux, comme la promesse d’une vie plus douce et d’un avenir sans prédation.